New York City (Thèmes)

TopOfTheRock1024

YankeeStadium1024

Thèmes

VOYAGISTE

Choisir un voyagiste n’est pas compliqué; mais si comme nous, vous êtes limité en budget tout en étant intéressé par la sécurité et le confort, voilà comment nous nous y sommes pris.
Pour les prix, internet; y’a pas photo. Non seulement on peut comparer, mais le même produit peut-être à différents tarifs suivant le site … et suivant l’heure merci Bernard)(1). Car un produit proposé aux heures d’affluence peut être bien moins cher très tard le soir, voir en pleine nuit ou au petit matin. Vérifié pour le Pérou en 2012 où j’ai pu profiter des meilleurs tarifs à 23 heures passées.

(1)En fait, le prix peut aussi être différent (donc augmenter) au fur et à mesure que vous accédez aux recherches. Les sites repères votre adresse IP et vos hésitations multiples font augmenter le prix pour vous forcer à franchir le pas.Cet article vous explique comment ça marche et comment détourner ces sniffeurs d’IP.

Ayant une bonne expérience du site eDreams, j’ai donc chercher chez eux tout naturellement, pour me tourner définitivement vers Voyages-Sncf.com qui proposait exactement la même chose mais avec une réduction de bienvenu qui faisait une très légère différence. Mais à l’usage, eDreams semble plus sérieux dans la communication car ils ne sont pas avares de mails de confirmation, d’acquittement, de synthèse là où Sncf ne propose qu’un seul mail pour tout où il est écrit en petit caractère qu’il serait mieux de les appeler avant de partir…

PRESTATION

C’est selon, mais je préfère un vol direct aux escales, un hôtel confortable même moins bien placé qu’un autre en plein centre mais d’une moins bonne prestation.
Ainsi, un vol direct Orly NYC affrété par British Airways et un hôtel 3 étoiles ont eu notre préférence.

open_skiesPour la compagnie opérée par BA, il faut avouer que l’avion avait de l’âge (sans être vétuste) et que le retour ne s’est pas passé comme prévu (1).

wyndham-garden-long-islandQuant à l’hôtel, il s’est avéré exceptionnel, de par la prestation (hôtel vrai 3 étoiles tout neuf), la gentillesse de son personnel et sa situation (dans le Queens mais très calme, à dimension humaine, en face de Manhattan et à 5 minutes du métro en accès direct (10 minutes) du plein centre (Times Square).

Tout ceci, fin avril 2013, pour un prix de 785€/personne 7 jours 7 nuits, vol-hôtel compris (sans petit déjeuner).

(1) la veille de partir, j’ai voulu confirmer notre retour et saisir les données pour notre carte d’embarquement afin d’avoir de bonnes places. Bien m’en a pris car le vol était … annulé. Appel (fastidieux) à British Airways qui nous dit (après une heure et demi de discussion) qu’ils ne peuvent rien faire sauf nous reporter au lendemain soir. Heureusement que l’hôtel pouvait nous garder. J’ai récupéré tous les formulaires pour une réclamation mais nous n’avons pas eu à payer la nuit suplémentaire… pour l’instant.  Donc tout le monde était content.

LES DATES

datesJe ne ferai pas ici l’éloge des périodes où New York est plus ou moins agréable à visiter … mais choisir une période de congés non commune avec les américains (qu’elle soit scolaire, fêtes ou été) et surtout en évitant de partir le WE pour revenir la suivant, ça vous fera économiser de nombreux euros.

DURÉE

Si vous êtes un acharné des visites et occultant la détente et le shopping, 4 jours pourraient suffire. Mais ça sera au pas de charge.
Une semaine complète permet de faire la même chose mais plus lentement, en ne revenant pas éreinté et en profitant des bonnes affaires (que ce soit les spectacles impromptus ou les coups de coeur).
Sinon plus car y’a tellement à voir, du centre à la périphérie, voir plus loin..

DÉMARCHES

Rien de spécial si ce n’est la déclaration ESTA qu’il faut faire suffisamment longtemps avant le départ ( au moins une semaine) et qui n’est autre qu’un visa électronique qui vous soutirera environ 15 dollars par personne… Et bien sûr un nouveau passeport biométrique valide. ATTENTION; déclaration ESTA obligatoire même si vous ne faites qu’une escaleaux USA.

ARRIVÉE

Trois aéroports à NYC.

La Guardia est un aéroport pour désertes locales ou moyen courrier. Vous pourrez y arriver si vous faites escale sur le continent nord américain (Canada par exemple).
JFK qui est le principal. Proche du centre, il permet d’accéder assez facilement au centre (Manhattan) par les transports en commun ou par taxi  à un prix réglementé.
Newark (le nôtre) est à la même distance du centre mais est moins commode d’accès (prix élevés en taxi et en transport en commun) et moins complet (les boutiques free shop sont squelettiques, l’infrastructure désuète, et c’est dans un autre état – le New Jersey).

Donc si possible préférer un des deux premiers.

ACHATS

La TVA étant moins élevée, les prix sont moins chers. Sur l’électronique (bien que beaucoup vienne de Chine) et sur les produits mode.
Un Jean Levi’s à 80€ en France (voir plus) sera à 45€ à NY, sans même chercher le prix le plus bas!

Faites chauffer la carte bancaire.

A noter, le grand magasin Century21 (sud Manhattan) qui offre du discount sur les grandes marques. On y achète des vêtements pas caddies entiers !

ABONNEMENTS ET COMMENTAIRTES

Deux abonnement essentiels pour New York.

Le CityPASS vous permet d’avoir accès aux principales curiosités de NY (4 musées, une mini croisière et deux gratte ciel).
Pour les musées, voir mes commentaires dans la partie chronologie.
A noter que le prix du site internet est celui que j’ai payé sur place… Donc pas sûr qu’il soit nécessaire de les acheter avant.

Le MetroCard permet quant à lui de profiter pendant 7 jours (ou plus) d’une utilisation illimitée du métro [et du bus ?.] pour le prix d’à peine plus de 10 voyages unitaires. Incontournable même pour un séjour plus court.

LE METRO

Justement parlons-en.

Je l’ai trouvé, dans le désordre:
– bruyant; tout est en acier ou inox, les rames font un bruit d’enfer
– confortable – mais nous l’avons souvent utilisé aux heures creuses, donc assis
– fréquent: les rames se suivent et il est en 24h/24 7j/7
– propre, même si les stations elles-mêmes sont souvent vétustes
– efficace si on considère qu’une rame (et le quai qui va avec) est le double de longueur d’une rame française. C’est sûrement dû au fait qu’il est plus récent et que la ville étant déjà à l’époque bien plus concentrée que Paris, le métro a été construit en conséquences de ce volume.
– déséquilibré: si on considère que Manhattan est au centre de la ville, ce qui est au nord (Harlem Bronx) et à l’est (Queens, Brooklyn voir Staten Island) est accessible par le métro, pas l’ouest (qui est dans le New Jersey). Donc à fuir en terme d’hôtellerie.
– déroutant: les lignes sont souvent horizontales ou verticales. Donc en vertical on va vers UpTown ou Downtown, en horizontale vers Manhattan ou les quartiers. Mais attention. Deux lignes qui se croisent ne génèrent pas forcément de correspondance. Et une ligne peut avoir plusieurs directions finales; tant qu’on reste au centre ville, ça va, mais dès que ça s’éloigne… Pour les arrêts, il arrive que certains directs sautent des stations – vérifier avant, surtout quand on s’éloigne. Les lignes sont numériques ou alphabétiques, c’est suivant l’humeur. Certaines stations communiquent entre elles … alors que d’autres ont des entrées différenciées (et non communicantes) suivant le sens; une fois rentré dans un sens il faut ressortir pour prendre l’autre entrée et attendre (puisqu’on ne peut pas passer son billet sans respecter un délai maximum) ou alors demander pardon au guichetier (qui parle avec un fort accent à travers un hygiaphone électronique !).
– pas de contrôleur; ou alors ils étaient bien cachés..
– des gens prêts à vous renseigner, toujours

PRIX ET POURBOIRES

Là c’est un sujet important. Le pourboire aux USA n’en est pas un, c’est le prix du service. Tout ce qui inclut une prestation humaine (hors la seule vente) doit être accompagné d’une pourboire important.
Mais attention, il est parfois compris. Si sur la note vous voyez marqué gratuity avec un pourcentage et un montant, c’est qu’il est déjà calculé.
Si sur votre facturette carte bancaire, vous avez le montant HT, la taxe et derrière un ligne vierge marquée TIP, c’est là que vous indiquerez ce que vous voulez donner.
Sont sujets au pourboires les cafés, restaurants (hors fast food) les hôtels (hors prestation packagées par Tour Operator) et sûrement plein d’autres choses.
Mais les magasins (souvenirs, habillement…) n’y sont pas soumis.
Et sur les prix, ils sont parfois HT, c’est à dire qu’il faut y ajouter 8% de taxe ou TVA.
Donc, combien donner en pourboire si applicable ? –> le double de la taxe, ce qui gonflera votre montant final de 25%; excusez du peu !

REPAS

C’est une histoire de goût (si on peut dire)

La restauration rapide est différente de celle en France par un détail important, les américains mangent debout. Donc peu de place pour les tables et chaises, les denrées étant souvent emportées.
Mais cette restauration est fournie par des enseignes générales (McDO, Subway) ou des échoppes ambulantes (brochettes, Hot Dog…).

La restauration traditionnelle est très chère. Nous avons, pour un plat turc (boulette et brochette) et une boisson déboursé (taxe et pourboire inclus) 50$ / personne !

La restauration ethnique (étrangère) est très variée et donc beaucoup moins chère (voir moins cher qu’en France). Et il y a de tout puisque le peuple américain est un conglomérât d’immigrants de plus ou moins longue date…

La restauration de quartier (de type américaine) est copieuse et bon marché. En voici un très bon exemple qui était tout près de notre hôtel (au pied du métro et ouvert comme lui, 24/24 7/7 !!!).

Enfin, les petites brasseries de quartier permettent de déjeuner ou bruncher pour 3 fois rien; exemple: 5$ pour un petit déjeuner français, moins de 10 $ par personne pour une vrai petit déjeuner continental, et moins de 15$ pour un vrai brunch.

ARGENT

Avec quoi partir, une carte bancaire ? Des devises ? Des chèques voyage (travelers) ? Du liquide en dollar ?
Je n’ai pas de règle mais pour le liquide, je vous recommande fortement ce site;  des taux les plus favorables, des frais réduits (voir supprimés) et la possibilité de se faire livrer. j’ai testé, ça marche très bien. Et surtout, éviter votre banque, ce n’est plus son métier ! Elle vous prendra 3 à 5 fois plus de commission pour 8 à 15 jours de délais !
J’ai pu vérifier que la commission au change français était de 1,5% alors que toutes les transactions bancaires appliquent au moins ce taux augmenté de frais fixe. Donc forcément plus cher.

Avantage de l’argent liquide, c’est qu’on tient son budget. Mais évitez les grosses coupures. Au delà de100$, on peut vous les refuser (en France aussi d’ailleurs).

Quant aux cartes bancaires, la VISA va partout, l’AMEX aussi. Mais je suis toujours inquiet quand on ne me demande pas mon code … ni une pièce d’identité !

LANGUE

Anglais bien sûr. Attention à l’accent, plus ou moins prononcé. Et ce n’est pas une histoire de race (noir – blanc) ou d’ethnie. Quoique l’américain prononcé par un chinois mandarin fraichement débarqué, c’est du sport !

Sinon l’espagnol. De plus en plus d’informations sont traduites ou dans les deux langues. Voir aussi télévision.

Quelques détails de vocabulaire: l’addition ne se dit pas the bill mais the check. Et quand on vous dit tout le temps « you are welcome » ça veut dire « de rien ».

TÉLÉVISION

Donc plein de chaines câblées, qui ont l’air du moyen à mauvaise qualité.

Et des chaines en espagnol, grâce à une communauté qui va peut-être un jour dépasser en nombre les anglophones de naissances ? Les hispaniques sont 52 millons aux USA !

INTERNET

Du Wifi, souvent gratuit, même jusqu’au métro. Mais ,là-bas, un abonnement Triple-Play (télévision, téléphone, Internet) coûte au moins 85$ par mois alors qu’en France nous sommes à moins de 40$, et pour du quadruple play (avec le GSM), ça doit dépasser 100$/mois.

PATRIOTISME OU NATIONALISME

Dès qu’un bâtiment est construit, on y plante un drapeau américain.
Derrière les fenêtres aussi flotte la bannière étoilée.
Les autocollants, les souvenirs, les prospectus grouillent de drapeaux.
Les événements du 11 septembre ont rassemblé un peuple très soudé sur le sujet, jusqu’à continuer à collecter des fonds pour les familles de victimes (dans un pays ou la solidarité n’existe que très peu).

Mais je pense qu’entre nationalisme et patriotisme, il faudrait inventer un troisième mot pour les américains. Trop souvent ils pensent être au centre du monde, ceux qui ne font que bien et qui ne se plient à aucune règle internationale dès qu’elle semble toucher leur propre liberté de faire ce qu’ils veulent envers les autres (pays). Ils ne reconnaissent que partiellement le tribunal international de La Haye, se foutent (ou influent) sur l’application des règles de commerce international, laissent les armes circuler librement alors qu’il faut cacher d’un voile pudique la moindre cannette de bière qu’on veut sortir dans la rue et ne connaissent rien ni à la géographie ni aux langues étrangères, emprisonnent sans jugement tout ce qui leur parait terroriste, font a guerre (drone) sans la déclarer Voilà, C’est dit.